Coëtquen Editions

Accueil

A paraître
Ça r'commence ! de Laurent Pocry

Dernières parutions
Les longs chemins de Jean-Marc Aithamon
Tombent les masques de Christian Drillaud
Ce qui compte, c'est tout le reste d'Emilie Arfée
Je veux parler au Directeur ! d'Albert Bueno Pomareta

Dédicaces
Christian Drillaud dédicacera Tombent les masques :
- le dimanche 8 mars au salon du livre et du marque-page de Saint-Avertin, près de Tours, au Domaine du château de Cangé (37)
- le dimanche 15 mars au salon du livre de Chalais (16)

Catalogue
Téléchargez le catalogue de livres imprimés en cliquant sur ce lien.

Librairies et points de vente
La maison d'édition assure elle-même sa diffusion-distribution. Commandez par mail ou par Dilicom, gencod 3012422170015.
Tous les détails sont sur la page Commander des livres.

Presse
Agence Bretagne Presse

Posté par ed coetquen à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


02 mars 2015

La Poste pénalise les auteurs et les éditeurs

sherlockAu 1er janvier 2015, la Poste a augmenté ses tarifs postaux. Mais pas seulement.
Elle a également introduit une nouvelle règle pour l'affranchissement courrier, la règle des + ou - 3 cm. Au-delà de 3 cm de hauteur, l'enveloppe ne bénéficie plus du tarif courrier et doit être affranchie en colissimo.
Cette nouvelle norme a des impacts énormes pour l'édition :
- hausse des frais d'envoi de livres et de services de presse pour les éditeurs.
- hausse des frais d'envoi de manuscrits imprimés pour les auteurs.
- les livres à forte pagination ne vont plus être rentables à faire en version imprimée, les éditeurs risquent de les refuser, de les publier uniquement en numérique ou de demander des coupes importantes.
- des projets en cours risquent d'être annulés.
- des sujets nécessitant beaucoup de pages ne pourront plus être traités.

Outre le secteur de l'édition, c'est une grande partie du e-commerce qui est touchée par cette mesure.

Posté par ed coetquen à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 février 2015

Les commandes des librairies

sherlockVous vous demandez comment les librairies passent commande auprès de la maison d'édition ? Voici les réponses.

Les librairies
La maison d'édition est reliée au réseau Dilicom.
Dilicom est un organisme interprofessionnel qui centralise les catalogues des maisons d'édition et des distributeurs. La plupart des librairies sont raccordées à Dilicom par le biais de leurs logiciels, qui leur permettent de consulter les catalogues et de commander les titres désirés en quelques clics.
Dilicom et son prestataire Cyber-Scribe centralisent les commandes et les dispatchent ensuite aux éditeurs et aux distributeurs. Ces derniers ont accès aux commandes à partir de 7 h et de 14 h :
- la commande d'un client saisie dans l'après-midi ou la soirée sera transmise à l'éditeur ou au distributeur le lendemain matin.
- la commande d'un client saisie dans la matinée sera transmise à l'éditeur ou au distributeur dans l'après-midi.

Pour bénéficier de ce service de commandes informatiques, les éditeurs et les distributeurs paient une cotisation annuelle. Coëtquen Editions adhère à ce service.

Les librairies qui n'utilisent pas Dilicom commandent par mail, par courrier ou par téléphone (une confirmation écrite est demandée pour ce dernier cas de figure).

La FNAC
Que vous achetiez les livres de la maison d'édition sur fnac.com ou dans un magasin FNAC, les commandes suivent le même processus : elles arrivent à la SFL (Société française du livre), une filiale de la FNAC qui gère les approvisionnements auprès des petites et moyennes maisons d'édition.
La SFL passe les commandes auprès de la maison d'édition par mail, réceptionne les livres et paie les factures.
La périodicité des commandes est variable, tout dépend des achats des clients : la SFL peut envoyer un mail 2-3 fois par semaine ou tous les jours, comme au moment des fêtes de Noël.

Amazon
La librairie en ligne passe ses commandes le lundi. Amazon envoie un mail à la maison d'édition pour signaler qu'il y a une commande à traiter. La maison d'édition se connecte sur le site dédié d'Amazon et prend connaissance des titres et des quantités demandés. C'est un logiciel d'Amazon qui définit la quantité de chaque titre. Quand il s'agit d'une nouveauté, Amazon commande 1 exemplaire par défaut. Ensuite, le logiciel affine selon les ventes. Si un titre se vend bien, le logiciel commande plus d'exemplaires pour ne pas être en rupture de stock.

Posté par ed coetquen à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Le financement participatif

sherlockCe mode de financement a le vent en poupe et touche également le secteur culturel. Maisons d'édition, librairies et auteurs recourent aux plates-formes Ulule et autres kisskissbankbank avec plus ou moins de succès.

Maisons d'édition / librairies
- création d'entreprise
- aide au développement (site web, publicité)
- travaux
- avance de trésorerie
- animations / salons du livre
- achat de livres, etc.

Auteurs
- auto-édition (financement de l'impression)
- envoi de manuscrits imprimés à plusieurs dizaines de maisons d'édition
- participation à des salons
- location de stands, etc.

Afin d'attirer les mécènes/investisseurs, l'« emprunteur » doit les convaincre de l'intérêt et de la viabilité de son projet. C'est souvent là que ça coince, notamment quand les sommes demandées sont importantes.
Des projets sont mal ficelés, les contreparties proposées peu intéressantes ; bref, le demandeur n'inspire pas confiance. Or, la confiance est un paramètre très important.
Aider au développement d'une librairie ou d'une maison d'édition, financer le stand d'un auteur à un salon du livre, OK.
Cela devient plus délicat quand les besoins financiers du demandeur sont la conséquence d'erreurs de gestion et/ou d'incompétence.

Posté par ed coetquen à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 février 2015

Ca r'commence ! de Laurent Pocry

9782849932407Résumé : Quel rapport y a-t-il entre la mort de deux accompagnateurs en moyenne montagne en Chartreuse et dans le Vercors, et un jeune alpiniste, mort au Maroc dans le massif du Toubkal ? Qui est cette femme qui semble en vouloir à tous les montagnards ?
 
Les héros de Ça va m’occuper ! sont de retour. Christian, l’accompagnateur en moyenne montagne, sa copine Rachel, Gérard, le gendarme retraité, et Claire Dumax, la lieutenant de police la plus désagréable au monde, sont sur les dents.

Ancien gendarme skieur et alpiniste, Laurent Pocry nous emmène dans les méandres d’une nouvelle enquête montagnarde. Sa connaissance des massifs permet de se faufiler dans les différentes vallées parcourues par nos héros.

ISBN : 978-2-84993-240-7
Nb de pages : 346 pages
Prix public : 20 €
Disponibilité : 13 mars 2015
Lisez des extraits en PDF : Télécharger (enregistrer sous avec le clic droit de votre souris)
Livre numérique : disponible au prix de 6,99 € le 13 mars 2015 (voir Catalogue livres numériques)

Commander sur Amazon
Commander sur Fnac.com

En commandant directement à la maison d'édition, vous recevrez 3 marque-pages (envoi sous pli séparé).
Pour régler par chèque, envoyez 20,01 € à :
Coëtquen Editions
BP 95008
35150 Janzé

ou payez par carte bancaire en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Posté par ed coetquen à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,



27 janvier 2015

Meilleures ventes de livres 2014 Livres Hebdo/GFK

sherlockLe magazine Livres Hebdo vient de publier le classement des meilleures ventes de livres 2014 en partenariat avec l'institut GFK.
Tous genres confondus, la grande gagnante est Valérie Trierweiler. Viennent ensuite E.L. James et Guillaume Musso.
Place aux chiffres :

Top 50 général
1- Valérie Trierweiler / Merci pour ce moment / 603 300 ex vendus
2- E.L. James / Fifty shades, volume 1 / 575 600 ex vendus
3- Guillaume Musso / Central Park / 556 600 ex vendus

Pour entrer dans ce classement, le 50e a vendu 145 600 ex.

Romans (Top 100)
1- Guillaume Musso / Central Park / 556 600 ex vendus
2- Katherine Pancol / Muchachas, volume 1 / 392 500 ex vendus
3- David Foenkinos / Charlotte / 319 900 ex vendus

Pour entrer dans ce classement, le 100e a vendu 34 300 ex.

Essais (Top 100)
1- Valérie Trierweiler / Merci pour ce moment / 603 300 ex vendus
2- Eric Zemmour / Le suicide français / 338 200 ex vendus
3- Stéphane De Groodt / Voyages en absurdie / 207 400 ex vendus

Pour entrer dans ce classement, le 100e a vendu 18 300 ex.

Poche (Top 50)
1- E.L. James / Fifty shades, volume 1 / 575 600 ex vendus
2- Anne-Sophie et Marie-Aldine Girard / La femme parfaite est une connasse ! / 548 400 ex vendus
3- Guillaume Musso / Demain / 492 600 ex vendus

Pour entrer dans ce classement, le 50e a vendu 79 800 ex.

Posté par ed coetquen à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2015

Le livre d'Emmanuelle Allibert sur l'édition

sherlockEmmanuelle Allibert est attachée de presse chez Jean-Claude Lattès, après avoir exercé les mêmes fonctions chez Plon.
Elle raconte l'envers du décor dans le milieu de l'édition parisienne dans Hommage de l'Auteur absent de Paris, publié aux éditions Léo Scheer.
Le fil conducteur du livre est l'Auteur (avec un grand A), que l'on suit à travers des chroniques (l'Auteur cherche un éditeur, l'Auteur trouve un éditeur, le travail avec l'attachée de presse, le service de presse, la sortie du livre, les salons, etc.). D'autres intervenants du livre (éditeurs, journalistes, libraires) en prennent aussi pour leur grade, car Mme Allibert n'hésite pas à donner des coups de griffe. En parlant de l'éditeur, elle écrit ainsi : « Faites confiance à son expérience, s'il ne devait publier que de bons textes, les rayonnages des librairies seraient réduits à peau de chagrin (...) ». Et pan dans les dents de l'office fourgué par les grands distributeurs et les grosses maisons d'édition.
Pour choisir une maison d'édition, Emmanuelle Allibert conseille aux auteurs de « repérer les maisons d'édition qui comptent sur la place de Paris. Hors de la capitale, point de salut. » Dans une interview donnée au site www.lecteurs.com, elle ajoute : « (...) l'Auteur habite forcément Paris... comme les grandes maisons d'édition, qui sont toutes implantées dans la capitale, à l'exception de l'une d'elles qui a préféré le Sud*. » Quid des auteurs n'ayant pas un code postal commençant par 75 ?

Mais revenons à la recherche d'un éditeur. Selon Mme Allibert, l'auteur ne doit jamais venir déposer son manuscrit en main propre au siège de la maison d'édition, car « la standardiste, rodée à l'exercice, dépose le roman directement sur la pile "A refuser". » L'envoi du manuscrit par la Poste ne trouve pas non plus grâce à ses yeux : peu de chance de succès.
Ce qu'il faut à l'Auteur, c'est trouver la bonne personne qui va le pistonner au sein de la maison d'édition. Eh oui, la qualité littéraire d'un texte n'est pas le premier critère de sélection. Mme Allibert conseille à l'Auteur de se faire parrainer par un auteur de la maison d'édition. Mais pas n'importe lequel. Un auteur qui est has been de préférence. N'ayant plus le succès d'antan, l'écrivain has been sera flatté d'être reconnu. Quoi de mieux que d'être le découvreur du futur auteur à succès de la maison d'édition quand on désire retrouver un certain prestige auprès de son éditeur ?

Le stratagème ayant fonctionné, l'Auteur signe un contrat avec la maison d'édition. A lui la gloire, la reconnaissance éternelle et l'argent. La réalité est bien différente.
- l'éditeur n'attend pas son manuscrit avec impatience chaque matin.
- les journalistes ne font pas de papiers sur son livre.
- les animateurs ne l'invitent pas à la télévision.
- les libraires ne commandent pas son livre.
- les lecteurs ne sont pas au rendez-vous.
- ses amis ne sont pas vraiment ses amis.

Pourtant, l'Auteur pensait avoir tous les atouts de son côté en signant dans une grande maison d'édition. Une maison tellement grande qu'il y a des directeurs partout (directeur commercial, directeur financier, directeur juridique, etc.) et plein de petites mains dévouées, à commencer par son attachée de presse. Sauf que la pauvre (le métier est majoritairement féminin. Tout comme les lecteurs sont des lectrices) n'est pas une faiseuse de miracles.
Le jour de la sortie, le livre n'est pas en librairie, au grand dam de l'auteur. Comme l'explique Emmanuelle Allibert, « les libraires, assaillis d'une multitude d'ouvrages, doivent choisir (...) les heureux élus de leurs étagères. (...) A quoi bon s'embarrasser d'ouvrages qui ne trouveront jamais lecteur ? »

Si ça ne marche pas en librairie, cap sur les salons ! Si l'Auteur ne vend pas, au moins il remplira son estomac aux frais de l'organisation. Entre auteurs, il y a des coups bas et des jalousies. C'est à celui qui a vendu le plus de livres (quitte à enjoliver la réalité), qui a obtenu le plus gros à-valoir, qui a eu la meilleure couverture presse, qui sera placé près de l'auteur en vue à table, etc. Etrange caste que les auteurs : ils se réjouissent des scores de vente médiocres de leurs congénères et prennent de haut celles et ceux qui vendent par dizaines et centaines de milliers. Comme si l'Auteur devait vendre peu pour être génial.

Puisqu'il faut faire le buzz pour intéresser les médias et les librairies, le mieux est d'avoir un prix littéraire. Un bandeau, ça fait toujours chic. Voilà l'Auteur en quête du Graal. Les sélections des prix prestigieux paraissent et l'Auteur n'y est pas. Quels cons ces jurés, ils ne reconnaissent pas le talent ! Idem pour les prix littéraires moins importants. Quand l'Auteur remporte un prix, le gain espéré est ridicule ou payé en nature. Là, Emmanuelle Allibert décoche une merveille de flèche aux auteurs : « La morale de cette histoire, c'est que rien ne sert de courir après les prix, tous les auteurs en ont un. Il suffit de retourner leur livre, de regarder la quatrième de couverture, en bas à droite, au-dessus du code-barres : c'est écrit en euros, maintenant. »

Les dédicaces en librairie ? Pauvre Auteur, les librairies ne veulent pas de lui. Ses livres sont mauvais et ils n'intéressent personne. Quand il fait une dédicace, il vend deux bouquins qui ne remboursent pas les frais de déplacement payés par la maison d'édition.

Quand les chiffres de vente tombent, c'est la douche froide pour l'Auteur, comme dans cet exemple donné par Mme Allibert : « mise en place en librairies : 700 exemplaires. Retours 550. Ventes 63. » Bien souvent, le nombre d'exemplaires gratuits d'un livre (notamment avec le service de presse) dépasse celui des ventes.
Tout n'est pas noir dans le livre, des auteurs réussissent, vendent par milliers, passent à la télé et voient leurs livres adaptés au cinéma.

Pour découvrir d'autres facettes du livre, la maison d'édition vous recommande sa lecture. C'est un bon guide pour les auteurs, mais également une bonne dose de peps pour les maisons d'édition de province. Malgré leurs moyens financiers et humains, on s'aperçoit que les maisons d'édition parisiennes n'obtiennent pas forcément de meilleurs résultats.

Acheter sur Amazon

* Actes Sud

Posté par ed coetquen à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 janvier 2015

Les longs chemins de Jean-Marc Aithamon

9782849932391Résumé : En 1917, les combats sont très meurtriers au Chemin des Dames. Ne voulant plus être de la chair à canon, deux soldats préparent leur désertion. Louis Fromveur et son ami Gustave attendent une attaque pour se faire la belle. Quand celle-ci a lieu, Louis profite des combats pour tirer une balle dans la tête de son officier, Arsène Duvaucelle, afin de lui voler ses emprunts, destinés à financer leur cavale.
La tentative de désertion échoue : Gustave est tué par un obus et Louis est blessé à la jambe. Ce qu’il ignore, c’est que la balle n’a pas tué le lieutenant et qu’elle est toujours dans son crâne.

Nuit de la Saint-Sylvestre 1934. Tout sourit à Louis : il a une femme, une fille et mène une vie confortable. Pour le réveillon, sa femme a invité un blessé de guerre qui souffre d’amnésie : Arsène Duvaucelle. Cette amnésie est-elle feinte ou réelle ? C’est ce que va tenter de déterminer Louis, alors que le fascisme s’installe en Europe.

ISBN : 978-2-84993-239-1
Nb de pages : 314 pages
Prix public : 20 €
Lisez des extraits en PDF : Télécharger (enregistrer sous avec le clic droit de votre souris)
Livre numérique : disponible au prix de 6,99 € (voir Catalogue livres numériques)

Commander sur Amazon
Commander sur Fnac.com

En commandant directement à la maison d'édition, vous recevrez 3 marque-pages (envoi sous pli séparé).
Pour régler par chèque, envoyez 20,01 € à :
Coëtquen Editions
BP 95008
35150 Janzé

ou payez par carte bancaire en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Posté par ed coetquen à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Tombent les masques de Christian Drillaud

9782849932384Résumé : En se rendant à Beaumont sur Maine pour saluer son ami Antoine Jouvence, président du jury d’un salon du livre consacré au polar, le détective privé Simon Segré apprend que son camarade est parti la veille. Piégeant l’organisateur, Simon finit par lui faire avouer la vérité : Antoine a été enlevé et celui-ci ne sera libéré que si le détective accepte les conditions du ravisseur.
Pour sauver son ami, Simon obtempère et mène l’enquête dans une maison de retraite, afin de découvrir si Alice Sandier est bien morte d’une insuffisance respiratoire ou si elle a été assassinée.

ISBN : 978-2-84993-238-4
Nb de pages : 172 pages
Prix public : 15 €
Lisez des extraits en PDF : Télécharger (enregistrer sous avec le clic droit de votre souris)
Livre numérique : disponible au prix de 6,99 € (voir Catalogue livres numériques)
Presse : voir la page Facebook de la maison d'édition

Commander sur Amazon
Commander sur Fnac.com

En commandant directement à la maison d'édition, vous recevrez 3 marque-pages (envoi sous pli séparé).
Pour régler par chèque, envoyez 15,01 € à :
Coëtquen Editions
BP 95008
35150 Janzé

ou payez par carte bancaire en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Posté par ed coetquen à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 octobre 2014

Ce qui compte, c'est tout le reste d'Emilie Arfée

9782849932360Résumé : « Ce qui compte, c’est tout le reste. Ce qui compte, c’est tout le reste. Ce qui compte, c’est tout le reste », c’est ce que se répète Rose durant sa chute. Ne dit-on pas communément « tomber amoureux » ? L’amour, ça lui est arrivé à la manière d’une maladie. Rose Autret est folle d’Adrian Di Magliana. Elle préfèrerait ne jamais l’avoir rencontré. Un type qui aime les jeux d’échecs et Napoléon, ça ne présageait rien de bon.
Dans une Rome brinquebalante qui ne lui appartient plus, elle voudrait l’oublier. Pas facile quand chaque angle de rue décolorée rappelle amèrement le souvenir du bonheur. Qu’à cela ne tienne, elle troquera l’Italie pour le Mexique et les Seychelles. Des pays où le ciel est toujours bleu, on doit y vivre heureux. C’est sans compter le cafard clandestin qu’elle emporte dans ses cinquante-quatre kilos de bagages. Débute alors un chassé-croisé tumultueux. Un duel amoureux où l’on finit toujours coupé en deux. Mais ce qui compte, c’est tout le reste. Ce qu’on en retiendra. Les sourires croisés en chemin, l’élégie rassurante des trains, le bougainvillier passé et la lune en quartier : la vie rattrapée, sauvée de justesse par les mots. Le grimoire des jours heureux.

Un humour salvateur, un regard incisif, un romanesque décalé, des personnages cocasses qui nous font rire, nous attendrissent, nous ressemblent.

ISBN : 978-2-84993-236-0
Nb de pages : 200 pages
Prix public : 18 €
Lisez des extraits en PDF : Télécharger (enregistrer sous avec le clic droit de votre souris)
Livre numérique : disponible au prix de 6,99 € (voir Catalogue livres numériques)

Découvrez des photos de l'auteur et des pays évoqués dans le livre sur la page Facebook de la maison d'édition.

Commander sur Amazon
Commander sur Fnac.com

En commandant directement à la maison d'édition, vous recevrez 3 marque-pages (envoi sous pli séparé).
Pour régler par chèque, envoyez 18,01 € à :
Coëtquen Editions
BP 95008
35150 Janzé

ou payez par carte bancaire en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Posté par ed coetquen à 19:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



Fin »